Hans & Tamar Oppenheimer Chair in Public International Law

11 September 2006

Table-Ronde

Cinq ans après : L’onde de choc du 11 septembre

Marie-Joëlle Zahar (Rémo); François Crépeau (CDIM); Pierre Martin (Cépéa); Guillermo Aureano (ScPo); S. Leman-Langlois (Criminologie). Débat présidé par J-F Lisée (Cérium)

Selon cinq chercheurs de l’Université de Montréal, participant à un panel sur les impacts du 11 septembre 2001, cinq ans après, cet événement a bien modifié de manière significative le cours des choses, mais ne constitue pas un point de rupture.

Pour Marie-Joëlle Zahar, professeur de Science politique, directrice scientifique du Réseau Moyen-Orient, le 11 septembre amorce une aggravation des tensions déjà présentes au Moyen-Orient et une confirmation du rôle de joueur prédominant des États-Unis, rôle acquis depuis l’éclatement de l’Union soviétique. De même pour François Crépeau, directeur scientifique du CÉRIUM et titulaire de la Chaire en droit international des migrations, "tout n’a pas changé" ce jour-là. Mais l’intensité avec laquelle les flux migratoires sont maintenant contrôlés a atteint un niveau plus élevé, comportant des pertes de vies aux nouvelles frontières de l’Occident : notamment aux frontières Mexique/Guatemala, et Pologne/Ukraine.

Pierre Martin, professeur de Science politique, directeur de la Chaire d’études politiques et économiques américaines, estime pour sa part que le 11 septembre a servi de révélateur de la nature des relations Canado-américaines et de ses particularités. Le choc majeur est encore à venir, prévient-il: l’introduction de l’obligation de présenter un passeport pour passer la frontière.

Guillermo Aureano, chercheur en Science politique et spécialiste des questions de blanchiment d’argent , estime quant à lui que seul l’intensité des discours sur la lutte au financement international du terrorisme a augmenté, les mesures concrètes étant pour l’essentiel aussi peu efficaces aujourd’hui qu’il y a cinq ans. Finalement, Stéphane Leman-Langlois, professeur adjoint à l’École de criminologie et membre de l’Équipe de recherche sur le terrorisme et l’antiterrorisme a estimé qu’il "n’y a pas de moyen objectif de comparer le risque’ que fait courrir le terrorisme au Canada, donc aucun moyen d’indiquer si nous sommes aujourd’hui plus ou moins à risque qu’avant le 11 septembre. Il a cependant ajouté que "la capacité opérationnelle d’Al Quaeda est maintenant de zéro. Ce n’est plus qu’une opération de relations publiques."

La table ronde, animée par Jean-François Lisée, directeur exécutif du CÉRIUM, était organisée par le CÉRIUM et le Groupe de recherche sur la sécurité internationale (GERSI) avec la collaboratin du Canal Savoir.

See online : Vidéo de la table ronde "Cinq ans après : L’onde de choc du 11 septembre

  • François Crépeau

    François Crépeau holds the Hans & Tamar Oppenheimer Chair in Public International Law and is Hans & Tamar Professor in International Law at the Faculty of Law of McGill University.

Home | Contact | Faculty of Law | McGill.ca